Fotografia a Catalunya
Menu
×

1. PILAR AYMERICH

Dues dones fent el signe feminista a la manifestació contra el maltractament i la violència envers les dones organitzada per la Coordinadora Feminista.

Barcelona, 18 de setembre, 1977,ⒸPilar Aymerich.

En analysant les œuvres présentées, on constate que leur transversalité historique nous rapproche de travaux extrêmement divers, créés dans des contextes différents et à partir de conceptions de la photographie elles aussi distinctes. De ce point de vue, reconnaître que la photographie n’a jamais été une seule et même chose équivaut à repousser les limites d’une définition souvent trop circonscrite par des aspects techniques, tout en nous permettant d’être plus conscients de nos propres idées sur le médium et de la façon dont ces idées déterminent notre expérience des photographies : la façon dont elles nous interpellent, dont nous réagissons face à elles, dont elles nous touchent, dont elles nous transforment.

"Un grand nombre de ces images répondaient à des commandes des revues pour lesquels je travaillais. Pour beaucoup d’autres, c’est moi qui suis allée les chercher, soit parce que je me trouvais sur place en tant que simple citoyenne, soit parce que j’avais l’impression que s’il se passait quelque chose que je ne photographiais pas, c’était comme si elle n’avait pas existé. Je photographiais le jour, je développais la nuit et, au petit matin, je courais à la poste pour envoyer les photographies à la revue Triunfo pour la rubrique  « Questions périphériques », de Manuel Vázquez Montalbán. Montserrat Roig et moi, on s’appelait tous les jours pour parler de l’actualité et du reportage que l’on pourrait faire. Comme par exemple celui pour lequel on a passé toute la journée avec les femmes des ouvriers de Motor Ibérica, enfermées dans l’église de Sant Andreu. Les techniques photographiques changent, mais pas le regard. Et c’est ce regard qui compte. Les yeux de l’auteur ou de l’auteure nous montre un fragment de réalité qui, filtré par sa subjectivité éthique, fera plus tard partie de notre imaginaire historique en tant qu’image. Et si les grands monopoles de l’information nous mettent trop de bâtons dans les roues, il nous restera toujours l’objection photographique : regarder, même sans impressionner de pellicule, mais continuer à regarder". Pilar Aymerich. (Fragments extraits du catalogue Memoria de un tiempo 1975-1979. Fotografías de Pilar Aymerich, Museo de Historia de Cataluña, Fondation Caixa Sabadell, 2004).

 

Les photographies en tant qu’espace public

Marta Dahó

Les photographies en tant qu’espace public