Fotografia a Catalunya
Menu
×

Exposició virtual

Les photographies en tant qu’espace public

Marta Dahó

Les photographies en tant qu’espace public recueille les fruits des trois premières années de cette activité, conduite par la commission en charge des nouvelles acquisitions. Les 16 travaux présentés dans cette exposition, articulée pour l’Espace 1 de l’Arts Santa Mònica, font partie d’une sélection bien plus large – 881 œuvres de 45 auteurs – qu’une commission d’experts a établie entre 2015 et 2017.1 Se réunissant régulièrement, analysant les fonds existants afin de détecter des absences, évaluant les contributions des auteurs les plus remarquables du XXe siècle, sans oublier les manifestations spécialement significatives du XIXe, et soutenant la création d’auteurs au parcours plus bref qui dégagent de nouveaux points de fuite dans la réflexion sur le fait photographique, cette commission a proposé d’acquérir un important nombre d’œuvres qui sont désormais déposées dans différentes institutions catalanes. Elles peuvent toutes être consultées via ce portail.

Les photographies en tant qu’espace públic

L’exposition a vu le jour afin de faire connaître le travail du Plan national de photographie grâce un certain nombre d’œuvres parmi celles qui, ces trois dernières années, ont rejoint la Collection nationale de photographie de la Généralité de Catalogne. Par ailleurs, si tout projet curatorial entraîne une sélection et un assemblage spécifiques, pour cette première présentation de la collection la pertinence de chacun des projets sélectionnés et leur interrelation répondent aussi au désir de réfléchir à ce que ce grand ensemble de pratiques, de langages et de circonstances que nous nommons « photographie » met en jeu ; une photographie que, si l’on suit les considérations théoriques d’Ariella Azoulay, l’on peut redéfinir comme un espace de rencontre où nous participons tous de différentes façons.2

 

Anna Malagrida, Aleix Plademunt, Daniela Ortiz, Ferran Freixa, Francisco Ontañón, Joan Fontcuberta, Joana Biarnés, Jordi Guillumet - Mònica Roselló, Mabel Palacín, Manel Armengol, Manel Úbeda, Marc Roig Blesa - Rogier Delfos (Werker Collective), Martí Llorens, Pilar Aymeric, Tanit Plana - Laia Ramos, Xavier Ribas.

 

1. La commission était formée par Jusèp Boya, directeur général des Arxius, Biblioteques, Museus i Patrimoni (Archives, bibliothèques, musées et patrimoine) ; Pepe Serra, directeur du Museu Nacional d’Art de Catalunya (musée national d’art de Catalogne) ; Magda Gassó, chef du Servei de Museus i Protecció de Béns Mobles (service des musées et de la protection des biens meubles) ; Vicenç Boned, conseiller et membre de la Comissió d’Impuls del Pla Nacional de Fotografia (Commission d’impulsion au Plan national de photographie) ; Juan Bufill, critique d’art, photographe et commissaire d’expositions ; Marta Dahó, commissaire d’expositions et enseignante ; Teresa Grandas, conservatrice du Museu d’Art Contemporani de Barcelona (musée d’art contemporain de Barcelone) ; Imma Navarro, chef de l’Àrea de Fons d’Imatges, Gràfics i Audiovisuals de l’Arxiu Nacional de Catalunya (service du fonds d’images, de graphiques et d’audiovisuels des archives nationales de Catalogne), et Jordi Serchs Serra, directeur de l’Arxiu Fotogràfic de Barcelona (archives photographiques de Barcelone). Y ont aussi participé, en 2015, le directeur de la Fundació Foto Colectania (fondation Foto Colectania), Pepe Font de Mora, et en 2015 et 2016, la chercheuse, photographe et éditrice Mar Redondo.

2. Ariella Azoulay (Tel Aviv, 1962) est professeure de culture moderne et de communication au département de Littérature comparée de la Brown University (Providence, États-Unis), commissaire et cinéaste. Parmi ses ouvrages les plus importants, on relève Civil Imagination: The Political Ontology of Photography (Verso, 2012) et The Civil Contract of Photography (Zone Books, 2008). En français, on peut consulter son article « L’obligation de parler des photographies non prises », publiée dans ZABUYAN Dork (dir.), Les images manquantes. Paris : Les Bal, 2012, pp. 114-137. Pour plus d’information sur ses essais et ses projets, voir : http://cargocollective.com/ariellaazoulay.

Comissariada per

Marta Dahó

Elle est commissaire d’expositions et partage cette fonction avec l’enseignement et la recherche. Diplômée en Histoire de l’art par l’UAB et Master en Études Avancées en Histoire de l’art par l’Université de Barcelone. Actuellement, elle développe une thèse doctorale sur les pratiques photographiques et elle est membre du groupe de recherche Art Globalization and Interculturality (AGI) de l’Université de Barcelone. 

 

Depuis 1995, elle a été la commissaire de nombreuses expositions pour des institutions au prestige international comme la Fondation Mapfre, avec laquelle elle a organisé deux expositions anthologiques : Stephen Shore (septembre – novembre 2014), et Graciela Iturbide, les deux avec de longues itinérances dans diverses institutions muséologiques de renom (C/O Berlin ; Huis Marseille, Amsterdam ; Fotomuseum Wintertur ; Pinacothèque de São Paulo, Musée d’Art Moderne de Mexico ; Rencontres de la Photographie d’Arles). Au fil de son parcours professionnel, elle a également travaillé avec Magnum Photos (entre 2001 et 2005) et dans la salle Metrònom (1995-2001). 

 

Elle a collaboré à divers festivals de photographie comme SCAN (membre du comité artistique lors de ses deux premières éditions et co-commissaire de Talent Latent’o8), Fotofreo (Fremantle, Australie) où elle présenta An Idea of Europe, le festival de Photographie de Rome où elle fut la commissaire de Gioia ¿? Gioia.

Les photographies en tant qu’espace public

Marta Dahó

Les photographies en tant qu’espace public